PROJET en cours, « Prêt à éclore »

Nous sommes une équipe de professionnelles passionnées et spécialisées dans la périnatalité, constituées en association loi 1901 depuis avril 2019. A partir de nos constats de terrain et de notre expérience dans l’accompagnement des familles, nous travaillons depuis 3 ans à la création d’une maison d’accueil et de soin périnatal sur Toulouse ou son agglomération. Notre projet a pour but de soutenir et d’accompagner les familles de jeunes enfants nés prématurément et/ou hospitalisés à la naissance.

Adhérer à notre association, c’est soutenir notre projet en vue de l’ouverture de la Maison du Fil de soi(e). Chaque soutien et chacun de vos messages nous sont précieux.

D’avance merci

Le projet

Une naissance prématurée vient bouleverser les projets parentaux, et l’hospitalisation prolongée qui s’en suit peut mettre à mal la rencontre parents-bébé. Les processus d’attachement précoces peuvent en être impactés. C’est pourquoi La maison du Fil de soi(e) vise à offrir à ces familles fragilisées par une naissance difficile et des évènements traumatiques, un lieu « ressource » pour les parents, ainsi qu’un lieu de soin et de « prendre soin » pour toute la famille.

 

Le fil de soi(e) est né de nos constats de professionnels de terrain :

– une insuffisance et une disparité géographique des structures publiques spécialisées dans la prise en charge du bébé vulnérable, de ses parents et des liens précoces.

– des délais d’attente avant une prise en charge souvent très longs, du fait de la saturation des structures existantes

– une inégalité d’accès aux soins pour des soins non remboursés en libéral, et des parents qui se retrouvent parfois confrontés à une solitude et une errance dans la recherche des lieux de soin pour leur enfant.

L’objectif du Fil de soi(e) est donc d’accompagner l’enfant et sa famille, dès la sortie de l’hôpital, en étant « une passerelle » vers de nouveaux repères dans le quotidien à domicile.

 

 

 

Pour ce faire, nos objectifs sont les suivants :

Soutenir la rencontre parents-bébé et l’établissement des liens précoces

Construire un projet d’accompagnement individualisé à la fois pour le bébé et sa famille, en tenant compte des besoins, des rythmes et de la temporalité de chacun

Rompre l’isolement social et prévenir la dépression parentale

Prévenir les retards ou troubles du développement chez le bébé et le jeune enfant

Traiter les vécus traumatiques chez le bébé, ses parents et/ou la fratrie

Nous accueillerons les familles de façon la plus réactive possible et avec le soucis d’une égalité d’accès aux soins précoces et pluridisciplinaires pour tous, sans condition de revenus

 

 

La prématurité et l’hospitalisation néonatale peuvent perturber les trajectoires développementales de l’enfant (construction psychomotrice, régulation sensorielle et émotionnelle, développement cognitif) ainsi que la qualité des interactions. C’est pourquoi ce dispositif a une visée préventive, par le biais d’interventions précoces et transdisciplinaires, durant une période essentielle au développement global de l’enfant et à la mise en place des liens d’attachement.

 

 

 

 

 

Ce dispositif innovant d’accueil et de soin périnatal s’inscrit dans le plan national des 1000 jours, qui vise à promouvoir la prise en charge précoce, pluridisciplinaire et coordonnée des bébés vulnérables, ainsi que dans le Plan Régional de Santé (PRS), porté par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

L'équipe

Notre équipe s’est formée autour d’une collaboration passionnée, enthousiaste et joyeuse et ce depuis plusieurs années. L’expérience partagée du travail ensemble autour de l’accompagnement des familles, de la richesse et de la pertinence du travail pluridisciplinaire nous a amenés à penser, concevoir et créer ce lieu d’accueil et de soin périnatal.

Chaque membre de l’équipe est spécialisé en périnatalité, impliqué dans le réseau régional de suivi des bébés vulnérables (Réseau Périnatalité Occitanie) et les services de Néonatalogie et Réanimation de l’hôpital des enfants du CHU de Toulouse Purpan.

Une éthique du soin ainsi que des valeurs communes fortes constituent le socle et le ciment de notre équipe :

– Un accueil de la famille avec empathie, bienveillance et respect

– Respect de la singularité et du rythme de chacun

– La créativité au cœur du processus de soin

– Pluridisciplinarité pour des regards et approches croisés

– Co-création familles/professionnels : penser et tisser ensemble les liens du quotidien

– Partage d’expériences et rencontres, pour rompre l’isolement social

– Egalité des droits et d’accès aux soins

Notre équipe est constituée de :

 

1 assistante sociale

1 éducatrice de jeunes enfants et sophrologue

1 kinésithérapeute

1 orthophoniste

1 praticienne en art-thérapie

3 psychomotriciennes

2 psychologues cliniciennes


 

Les professionnels de la Maison du Fil de soi(e) seront salariées et non en libéral, de manière à garantir une accessibilité à cet accompagnement et ces soins spécifiques à toutes les familles, y compris les plus précaires. 

 

Nos propositions

La Maison du Fil de soi(e)…

La maison, le lieu du quotidien, de « l’ordinaire des jours », se veut être un espace où les familles peuvent être accueillies, sans être forcément engagées dans une démarche de soin préconisé. La maison se distingue ainsi de l’institution spécialisée qui peut être source de stress pour les parents.

 

Les familles sont accueillies par des professionnelles qui connaissent leur parcours. En effet, le partage de l’expérience et du vécu de ces parcours si singuliers peut être parfois difficile ce qui accroit le sentiment d’isolement.

 

… Un lieu « ressource » pour les familles

Permettre aux familles de se rencontrer entre elles et de se ressourcer : partager un vécu commun, leurs expériences personnelles, sortir ainsi de l’isolement social (souvent ressenti lors des premières années, du fait de l’éviction des structures collectives de ces enfants fragiles sur le plan somatique). Offrir des moments de convivialité, de « restauration » autour d’un café ou de la préparation d’un repas.

Proposer un lieu de soin, mais aussi de « prendre soin », des petits et des grands, et de leurs relations. Un endroit pour se poser, se reposer, s’ancrer et se sentir plus à même de se rencontrer.

Notre organisation :

L’équipe de la Maison d’accueil et de soin périnatal Le fil de soi(e) propose un dispositif expérimental, complémentaire et articulé avec les différents services de soins existants. Il se propose d’accueillir avec réactivité les familles qui sont souvent confrontées à des délais de prise en charge longs et incompatibles avec la prévention précoce.

Ayant fait l’expérience de la richesse du travail au sein d’équipes pluridisciplinaires, les membres du Fil de soi(e) ont axé ces propositions sur un accueil systématique en binôme pluridisciplinaire. L’objectif étant de croiser les regards et de décloisonner l’abord thérapeutique de l’enfant, en prenant en compte l’ensemble des différents domaines de son développement, intrinsèquement liés.

Les activités proposées à la Maison du Fil de soi(e) :

 

  • Les permanences d’accueil : temps de partage entre les familles et les professionnelles
  • Les consultations conjointes : deux professionnelles accompagnent et soutiennent le parent et leur enfant sur un temps commun
  • Les ateliers à destination de l’enfant : soutien du développement moteur, de la communication, de l’alimentation, de l’éveil sensoriel et du jeu.
  • Les ateliers à destination des parents : allaitement, sophrologie, expression par la création (art thérapie) …
  • Les ateliers autour des relations et interactions parents-bébé : lectures et contes, chants et berceuses, danse et mouvement, massages pour bébé, portage et installation…
  • Les groupes à destination des fratries

 

 

Ce travail s’organise autour de 3 axes forts :

 

– L’accompagnement des parents et de la fratrie :

Dès le retour à domicile, soutien des parents, accompagnement thérapeutique des vécus traumatiques autour de la naissance, attention particulière aux situations de vulnérabilité sociale (précarité, isolement social, affectif, culturel, et rupture familiale). Accompagnement des réactions des ainés dans ce contexte singulier, suite à une longue séparation d’avec leurs parents et à l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur à la maison.

– L’accompagnement de la rencontre :

Par le soutien à la parentalité : écoute des questions qui se posent au quotidien pour les parents dans la mise en place des rythmes du bébé, soutien au décodage et à l’ajustement aux besoins de leur enfant.

– Le soutien au développement de l’enfant :

Par l’évaluation précoce des retards ou troubles du développement, par des propositions de dispositifs de soin conjoint, et l’accompagnement à la socialisation et à la scolarisation de l’enfant.

Un lieu ressource pour les professionnels

La Maison du fil de soi(e) se veut être un lieu d’échange et de formation pour les professionnels. Nous proposerons des temps de réflexion collective pour les collègues libéraux, et des formations pour les étudiants et les professionnels, afin de transmettre l’approche spécifique pluridisciplinaire de la prise en charge des enfants vulnérables et de leur famille. 

Quel lien la créativité peut-elle avoir avec le soin ?

Comment relier l’artistique et le thérapeutique, c’est l’idée même de notre projet !

 

« Soigner », au sens large du terme, signifie redonner du mouvement, de l‘ampleur, de la confiance, de l’ouverture sur le monde, de la musique, des couleurs.

 

Depuis bien longtemps, Winnicott nous disait déjà que l’un des repères majeurs de la bonne santé psychique d’un enfant est sa capacité à jouer (« Jeu et réalité »), le jeu étant « le seul lieu où nous vivons », où nous sommes pleinement vivant et pleinement nous-mêmes. La créativité chez l’adulte en est le prolongement par la mise en œuvre de la dimension symbolique et imaginaire, qui donne naissance à l’art.

 

Le traumatisme fige, gèle les émotions, les ressentis ; il sidère la pensée, délie les liens et isole des autres ; c’est un moment où tout bascule, la foudre qui détruit tout intérieurement. Ce vécu, un éprouvé qui ne peut encore se dire, enferme, paralyse l’énergie vitale. A un stade ultérieur, la souffrance qui s’ensuit (souvent celle de la dépression post-traumatique), « fane » la vie intérieure, comme si ses couleurs, son goût, son amplitude, son dynamisme étaient en panne.

L’élaboration de la souffrance psychique est bien souvent proposée, conventionnellement, par le biais de dispositifs thérapeutiques faisant appel à la parole, à l’association de la pensée, à la mentalisation de ces vécus.

Or le propre du traumatisme, en un premier temps tout du moins, est d’être impensable, innommable, hors du champ de la représentation et du langage. Les victimes d’attentats, de catastrophes naturelles, d’accidents graves de la vie nous témoignent de cette impossibilité à mettre en mots ces éprouvés, à les relier à soi-même et à l’autre.

 

C’est pourquoi il nous semble très précieux de proposer d’autres voies (et d’autres voix) possibles, pour que ces vécus douloureux liées à une naissance prématurée, à la séparation de l’enfant, parfois à son deuil, puissent peu à peu se traverser, se transformer, se partager…

A l’image des rivières sous terraines invisibles et souvent méconnues de soi-même, la musique, la danse, la matière, le mouvement… sont autant d’expériences (sensorielles, corporelles, sensibles, émotionnelles) qui permettent de se relier à soi-même, et à l’autre, afin que soit irriguée à nouveau la vie intérieure par le fil de la vie.